Retentissement cardiaque ventriculaire gauche et inflammatoire systémique per effort et à long terme de la pratique de l’ultra-trail à intensité modérée chez des hommes amateurs sains - Insep - Institut national du sport, de l'expertise et de la performance Accéder directement au contenu
Thèse Année : 2022

Left ventricular cardiac and systemic inflammatory consequences per effort and in the long term of ultra-trail running at moderate intensity in healthy male amateurs

Retentissement cardiaque ventriculaire gauche et inflammatoire systémique per effort et à long terme de la pratique de l’ultra-trail à intensité modérée chez des hommes amateurs sains

Résumé

In the general population, any increase in physical activity (PA) generates health benefits that are now clearly established. However, these beneficial effects must be weighed against the risks specific to the practice. If the health benefit of practicing regular and moderate PA is no longer in dispute; on the other hand, that of prolonged and intense PA, such as participation in one or more “ultra-endurance” events, is little studied and subject to debate. However, since the 2000s, the number of ultra-endurance events and participants have increased exponentially, particularly in the disciplines of running practiced in the great outdoors, called “ultra-trails”. This legitimizes the question of the potential cardiac and systemic inflammatory, immediate per-exertion but also long-term effects of participation in such events, especially among amateurs, representing almost all participants in this new and non-professional discipline. . Studies relating to cardiac and systemic inflammatory repercussions in relation to participation in an ultra-trail have varied methodologies. However, to date, there is no study describing the kinetics of the modifications per effort of the left ventricular function evaluated by echocardiography and of the systemic inflammation assessed by the measurement of interleukin 6 (IL-6). The study of these parameters could make it possible to specify the kinetics of the inflammatory and cardiac repercussions occurring during an ultra-trail. Moreover, the relative youth of this sports discipline makes it difficult to carry out cohort studies to assess the left ventricular cardiac function of its long-term practice. Thus, the starting hypothesis of this thesis is as follows: the practice of ultra-trail at moderate intensity in healthy amateur men does not lead to excess systemic inflammation per effort or impairment of function. cardiac left ventricular echocardiography per effort as well as in the long term. We report here the kinetics of echocardiographic changes in left ventricular cardiac function and the evolution of plasma IL-6 levels during isolated participation in an 80 km ultra-trail event on the one hand, as well as left ventricular cardiac function assessed by echocardiography after 10 years of ultra-trail practice on the other hand, in healthy amateur men. The originality of our work, describing the modifications per effort, is based on the description of their kinetics of occurrence during an ultra-endurance test as well as on the long-term follow-up of part of the cohort of subjects originally included. Isolated participation in an ultra-endurance test is associated with (i) statistically significant alterations, of low clinical relevance, in cardiac function, diastolic then systolic, left ventricular and (ii) an increase per effort in IL-6 marked at the start of exercise then stabilizing during the latter when its intensity decreases. After 10 years of regular participation in ultra-trail events, we do not observe any clinical consequences or alteration of left ventricular cardiac function criteria, systolic and diastolic, evaluated by echocardiography in healthy amateur men. If we did not observe any alteration in the echocardiographic parameters of left ventricular function after 10 years of ultra trail running, on the other hand, it is not possible to affirm that long-term participation in ultra-trail events have improved cardiac function beyond offsetting the effects of physiological aging. Indeed, the amateur men initially included in the 10-year follow-up cohort all had normal overall left heart function. We did not observe supranormal values after 10 years of practice. Nevertheless, we can however assume that the practice helped to maintain normal left ventricular heart function, both systolic and diastolic, whereas a physiological decline related to normal aging was expected. In conclusion, in healthy amateur men, isolated participation in a moderate-intensity ultra-trail event is associated with alterations per effort, in the left ventricular function, diastolic then systolic, as well as an increase in IL-6 marked at the start of effort, stabilizing when the intensity decreases. After 10 years of practice, we do not observe any clinical consequences or alteration of echocardiographic parameters of left ventricular function, systolic and diastolic. The results of future work should make it possible to assess the potential health benefit through the prevention of functional decline linked to senescence and/or the improvement of the physical and psychological quality of life of the long-term practice of ultra-trail.
En population générale, toute augmentation de l’activité physique (AP) engendre des bénéfices sanitaires désormais clairement établis. Cependant ces effets bénéfiques sont à mettre en balance avec des risques propres à la pratique. Si le bénéfice sanitaire de la pratique d’une AP régulière et modérée n’est plus discuté ; en revanche celui d’une AP prolongée et intense, comme la participation à une ou des épreuves d’« ultra-endurance » est peu étudié et sujet à débat. Or, depuis les années 2000, le nombre d’épreuves d’ultra-endurance et de participants sont exponentiellement croissants, notamment dans les disciplines de course à pied pratiquées en pleine nature, dénommées « ultra-trails ». Ceci légitime la question des effets potentiels, cardiaque et inflammatoire systémique, per-effort immédiats mais aussi à long terme, de la participation à de telles épreuves, notamment chez les amateurs, représentant la quasi-totalité des participants de cette discipline nouvelle et non professionnalisée. Les études relatives au retentissement cardiaque et inflammatoire systémique en rapport avec la participation à un ultra-trail possèdent des méthodologies variées. Mais il n’y a pas à ce jour d’étude décrivant la cinétique des modifications per effort de la fonction ventriculaire gauche évaluée par échographie cardiaque et de l’inflammation systémique appréciée par la mesure de l’interleukine 6 (IL-6). L’étude de ces paramètres pourrait permettre de préciser la cinétique du retentissement inflammatoire et cardiaque survenant au cours d’un ultra-trail. Par ailleurs, la relative jeunesse de cette discipline sportive, rend difficile la réalisation d’études de cohorte pour apprécier la fonction cardiaque ventriculaire gauche de sa pratique à long terme. Ainsi, l’hypothèse de départ de cette thèse est la suivante : la pratique de l’ultra-trail à intensité modérée chez des hommes amateurs sains n’entraine pas d’excès d’inflammation systémique per effort ou d’altération de la fonction cardiaque ventriculaire gauche échocardiographie per effort ainsi qu’à long terme. Nous rapportons ici la cinétique des modifications échocardiograhiques de la fonction cardiaque ventriculaire gauche et de l’évolution du taux plasmatique d’IL-6 lors de la participation isolée à une épreuve d’ultra-trail de 80 km d’une part, ainsi que la fonction cardiaque ventriculaire gauche évaluée par échocardiographie après 10 ans de pratique d’ultra-trail d’autre part, chez des hommes amateurs sains. L’originalité de nos travaux, décrivant les modifications per effort, repose sur la description de leur cinétique de survenue au cours d’une épreuve d’ultra-endurance ainsi que sur le suivi à long-terme d’une partie de la cohorte des sujets initialement inclus. La participation isolée à une épreuve d’ultra-endurance est associée à (i) des altérations statistiquement significatives, de relevance clinique faible, de la fonction cardiaque, diastolique puis systolique, ventriculaire gauche et (ii) à une augmentation per effort de l’IL-6 marquée en début d’effort puis se stabilisant au cours de ce dernier lorsque son intensité diminue. Après 10 ans de participation régulière à des épreuves d’ultra-trail, nous n’observons pas de conséquences cliniques ni d’altération des critères de la fonction cardiaque ventriculaire gauche, systolique et diastolique, évaluée par échocardiographie chez des hommes amateurs sains. Si nous n’avons pas observé d’altération des paramètres échocardiographiques de la fonction ventriculaire gauche après 10 années de pratique de l’ultra trail, en revanche, il n'est, pas possible d’affirmer que la participation au long terme à des épreuves d’ultra-trail ait permis d’améliorer la fonction cardiaque au-delà de contrebalancer les effets du vieillissement physiologique. En effet, les hommes amateurs initialement inclus, dans la cohorte de suivi à 10 ans, avaient tous une fonction cardiaque gauche globale normale. Nous n’avons pas observé de valeurs supra normales au terme des 10 ans de pratique. Néanmoins, nous pouvons cependant supposer que la pratique a permis de maintenir une fonction cardiaque ventriculaire gauche, tant systolique que diastolique, normale alors qu’un déclin physiologique lié au vieillissement normal était attendu. En conclusion, chez des hommes amateurs sains, la participation isolée à une épreuve d’ultra-trail à intensité modérée est associée à des altérations per effort, de la fonction ventriculaire gauche, diastolique puis systolique, ainsi qu’à une augmentation de l’IL-6 marquée en début d’effort se stabilisant lorsque l’intensité diminue. Après 10 ans de pratique, nous n’observons pas de conséquences cliniques ni d’altération des paramètres écho-cardiographiques de la fonction ventriculaire gauche, systolique et diastolique. Les résultats des travaux à venir devraient permettre d’évaluer le potentiel bénéfice sanitaire par le biais de la prévention du déclin fonctionnel lié à la sénescence et/ou l’amélioration de la qualité de vie physique et psychologique de la pratique à long terme de l’ultra-trail.
Fichier principal
Vignette du fichier
JOUFFROY-Romain_v2a.pdf (43.82 Mo) Télécharger le fichier
JOUFFROY-Romain_version finale 2022 (1).pdf (17.87 Mo) Télécharger le fichier
Origine Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

tel-04003130 , version 1 (23-02-2023)
tel-04003130 , version 2 (08-09-2023)

Identifiants

  • HAL Id : tel-04003130 , version 1

Citer

Romain Jouffroy. Retentissement cardiaque ventriculaire gauche et inflammatoire systémique per effort et à long terme de la pratique de l’ultra-trail à intensité modérée chez des hommes amateurs sains. Sciences du Vivant [q-bio]. Université Paris Cité, 2022. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-04003130v1⟩
150 Consultations
44 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More